Programme >
Jour 1

mercredi 26 septembre

À partir de 13h00
Accueil des participants

Lieu : Espace François Mitterrand - 2 Rue Marius Baboulaz -
73800 Montmélian - Plans et accès
Un service bagagerie vous sera proposé sur place.

14h00 - 17h00
Conférence plénière d’ouverture
Un témoignage étranger, une table ronde d'élu.e.s engagé.e.s, des temps pour prendre du recul et mieux connaitre le réseau TEPOS.
Voir le programme
17h00 - 19h00
Visites de sites au choix

La Communauté de communes de Cœur de Savoie vous invite à découvrir quelques réalisations du territoire, inscrites dans la démarche TEPOS.

Voir les visites
19h00 - 20h00
Apéritif
20h00 - 22h00
Buffet des producteurs du territoire

Lieu : Espace François Mitterrand - 2 Rue Marius Baboulaz - 73800 Montmélian - Plans et accès

Inscription gratuite pour les habitants du territoire par email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Consultez le programme OFF des Rencontres

Conférence plénière d’ouverture

Ouverture des Rencontres

Les Rencontres seront ouvertes par :

Béatrice SANTAIS, Présidente de la Communauté de communes Cœur de Savoie
et Michel MAYA, Vice-président du CLER – Réseau pour la transition énergétique

Les représentants de la Communauté de travail régionale TEPOS, partenaires de l’événement, interviendront conjointement :

Éric FOURNIER, Vice-Président à l'environnement du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes
Yannick MATHIEU, Directeur adjoint DREAL, Auvergne-Rhône-Alpes
et Jérôme d'ASSIGNY, Directeur régional de l'ADEME Auvergne-Rhône-Alpes

Sylvian HERBIN, Directeur régional Enedis

présentera les partenariats entre Enedis et les collectivités.

La plénière d’ouverture des rencontres s’articulera ensuite autour de plusieurs séquences :

TÉMOIGNAGE ÉTRANGER

Nabil CHLIYAH, 1er Vice-Président du conseil communal de Chefchaouen (Maroc)
Petite ville de montagne pittoresque au coeur d’un environnement exceptionnel, Chefchaouen vit principalement du tourisme. Ses principaux enjeux sont :
  • D’améliorer la qualité de vie des citoyens et des touristes en améliorant le bâti, en favorisant l’utilisation de modes de transport doux et non polluants et en offrant un meilleur éclairage public
  • De développer des filières économiques pour endiguer le chômage notamment des jeunes et des femmes et d’anticiper l’évolution à la hausse des prix de l’énergie
  • De préserver son environnement et mieux valoriser ses ressources naturelles : fermeture de la décharge à ciel ouvert, lutte contre la déforestation et la pollution des cours d’eau
  • De répondre aux besoins essentiels des habitants de nouveaux quartiers informels qui pullulent à sa périphérie
  • D’anticiper les impacts très forts dans la région du changement climatique
Pour cela, elle a mis en place un ensemble de solutions opérationnelles :
  • Connaître, maîtriser et réduire les consommations d’énergie de la commune, des citoyens et des professionnels par la sensibilisation, le conseil, la mise en place d’outils de suivi et d’analyse des consommations dans les bâtiments, le transport et l’éclairage public
  • Renforcer les compétences techniques locales en gestion durable de l’énergie à travers la formation des fonctionnaires, des élus et de professionnels de la construction, du tourisme, du commerce, la mise en réseau des acteurs localement, nationalement et internationalement
  • Développer une approche participative de l’élaboration des politiques environnementales via la mise en place d’un Conseil Participatif de l’Énergie, du climat et de l’environnement regroupant des représentants de toutes les catégories de population (secteurs économiques, associations, etc.)
  • Partager cette approche avec d’autres territoires : capitalisation des bonnes pratiques et transfert de compétences à travers l’Association Marocaine pour les écovilles, partage à d’autres collectivités locales marocaines

Founder & Personal Trainer

Table ronde des élu.e.s de territoires engagés vers l’autonomie énergétique

Les élu.e.s témoigneront des dimensions politiques, stratégiques et systémiques de leur engagement sur l’énergie, en faveur du développement de leur territoire.
Béatrice SANTAIS, Maire de Montmélian, Présidente de la Communauté de communes Cœur de Savoie

Coeur de Savoie est un territoire de 43 communes entre Grenoble et Chambéry, au pied des massifs montagneux de Bauges, Chartreuse et Belledone. Dès sa création en janvier 2014, la Communauté de communes Cœur de Savoie a souhaité s’engager dans une démarche forte de développement durable. Elle a choisi l’entrée de la thématique de l'énergie et de la valorisation des nombreuses ressources de son territoire en se donnant pour ambition de devenir un territoire énergétiquement autonome, à l’instar de sa ville-centre, Montmélian, pionnière historique du solaire et labellisée Cit’ergie depuis 2007.

Possédant un potentiel varié d’énergies renouvelables et produisant déjà plus de 140 GWh/an, Coeur de Savoie s’est donné pour objectif de doubler cette production en 2030. L’enjeu est maintenant de massifier les actions de production et de maîtrise de l’énergie, et d’agir sur tous les plans : agriculture, forêt, habitat, déplacements,… en impliquant les acteurs.

Jérôme FAUCONNIER, Président de la Communauté de communes du Trièves (Isère)

La Communauté de Communes du Trièves, créée en 2012, souhaite prendre en compte l'énergie comme enjeu majeur et transversal dans le cadre de ses différentes politiques d'aménagement du territoire et comme levier de développement économique local. Visant l’objectif d’autonomie énergétique en 2050, elle s’attelle depuis 3 ans à faire bouger les courbes de manière significative entre 2014 et 2020 grâce à un plan d'action multi-sectoriel impliquant tous les acteurs du territoire. Récemment, le territoire a produit une première évaluation in itinere de son programme TEPOS en vue de réinterroger sa stratégie pour 2020, et vérifier l’adéquation des moyens engagés au regard des objectifs fixés.

Les secteurs du bâtiment et du transport sont très dépendants des énergies fossiles et les factures d’énergies associées pèsent lourdement sur les budgets des ménages, des entreprises et des collectivités. Pour commencer, le territoire a focalisé son effort et mobilisé ses leviers d’action en faveur de la massification des économies d'énergie sur les bâtiments. Concernant la production d'énergies renouvelables, la biomasse (bois-énergie, méthanisation) est sa principale ressource. Le territoire tâche de l'exploiter convenablement pour en assurer la durabilité, et de poursuivre le développement des autres énergies (solaire, hydraulique, éolienne).

Guillaume COUTEY, Maire de Malaunay (Seine-Maritime)

Malaunay est une commune de 6 000 habitants située près de Rouen. Elle vise l'autonomie énergétique et la neutralité carbone en 2050.

Tout commence en 2006 : un comité éco-citoyen est mis en place pour les agents et les élus de Malaunay sur la base du volontariat. Se forge alors une culture interne autour des enjeux énergie-climat, et 50 actions sont mises en place en 3 ans. Lorsqu'en 2010, l'ADEME Haute-Normandie lance un appel à manifestation d'intérêt à destination des collectivités pour entrer dans le dispositif Cit'ergie, Malaunay se manifeste et fait partie des plus petites collectivités retenues. Elle obtient le label en 2015.

Grâce à un portage politique fort et l’effet de l’appel à projets TEPCV dont elle est lauréate, de nombreuses initiatives sont mises en place, en particulier sur la rénovation du patrimoine communal et des logements publics, l’installation de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments communaux et la construction de chaufferies bois.

La politique énergie-climat évolue désormais vers une démarche systémique de transition, tournée vers un développement territorial solidaire, la résilience et le bien-vivre. Reconnue au niveau local et national, Malaunay s'inspire aussi des autres pour continuer à avancer : à partir des enseignements tirés de la conduite du changement à Loos-en-Gohelle, la commune travaille avec l'ADEME et 3 autres collectivités à peaufiner sa stratégie, à « mettre en récit » sa trajectoire, à impliquer les habitants et initier un changement d’échelle.


Founder & Personal Trainer

Un temps pour prendre du recul ...

En amont de la table ronde des élu.e.s puis en rebond aux propos échangés, un grand témoin nous invite à faire un pas de côté et avoir un regard différent sur la transition énergétique territoriale.
Odile MARCEL, Philosophe et écrivaine, vice-présidente du collectif Paysages de l'après-pétrole

Le collectif Paysages de l’après-pétrole a pour objectif de redonner durablement à la question du paysage un rôle central dans les politiques d’aménagement du territoire, dans un contexte de transition énergétique et plus largement de transition vers un développement durable. Il s’agit de contribuer à la réussite de cette transition, au moyen d’une participation active des citoyens aux projets de territoire, par le biais d’approches paysagères réinventant ainsi un art de l’aménagement du territoire et du bien vivre ensemble.


... un temps pour mieux connaitre le réseau TEPOS

Le conseil du réseau TEPOS rassemble les territoires pionniers de la transition énergétique en France, et les acteurs qui les accompagnent de longue date : par leurs actions et leurs expérimentations, ils donnent à voir de nouvelles références.
Les réprésentant.e.s du conseil du réseau TEPOS

Dans la continuité de la démarche conduite par Loos-en-Gohelle, nombreux sont les membres du réseau qui engagent une stratégie de conduite du changement sur leur territoire, fondée sur les axes suivants : donner du sens par le récit, agir et expérimenter en permanence, mobiliser tous les acteurs à toutes les échelles, impliquer et responsabiliser les habitants. Tous partagent la volonté de renforcer leur coopération et apprendre les uns des autres.

Aujourd'hui, ces territoires pionniers sont au premier plan pour promouvoir les territoires à énergie positive et mobiliser les autres territoires, à commencer par leurs voisins. Ils souhaitent désormais confronter leurs expériences avec le plus grand nombre et inspirer le déclenchement de nouveaux processus de transition. Forts de leurs réalisations, ils donnent au réseau TEPOS une voix forte et légitime pour faire valoir ses propositions en faveur de la transition énergétique territoriale



Yannick REGNIER
, Responsable de projets Territoires au CLER - Réseau pour la transition énergétique, animera la plénière.

Founder & Personal Trainer

LES VISITES

Visite 1 : Les chemins du solaire - Montmélian

La Ville de Montmélian est une pionnière de l’énergie solaire. Elle développe cette énergie sur son territoire depuis 1983. Cette politique a été reconnue internationalement par le label Cit’ergie en 2007 puis, en 2014, par l’Agence Internationale de l’Énergie qui lui a attribué à Pékin le prix Solar Heating & Cooling en reconnaissance de la politique remarquable qu’elle mène pour la promotion du solaire thermique. La visite « Les chemins du solaire » conduira les participants dans les divers lieux de la ville emblématiques de cette politique, du Centre Nautique, premier équipement doté de panneaux solaires au Village des enfants en passant par le Centre Technique municipal qui accueille la centrale solaire photovoltaïque. L’opportunité d’échanger autour de la problématique de la transition énergétique à partir du cas concret de l’engagement durable d’une petite collectivité locale.

Animateurs de la visite :

Béatrice SANTAIS, Maire de Montmélian, Présidente de la Communauté de communes Cœur de Savoie
Joël VUILLARD, Adjoint au Maire en charge de l’énergie
Jacques DUC, Chargé de communication

Visite 2 : Le solaret, la centrale villageoise de Coeur de Savoie

Issues d’une expérimentation menée dans les Parcs naturels régionaux de la Région Rhône-Alpes, les Centrales Villageoises sont des sociétés locales qui ont pour but de développer les énergies renouvelables sur un territoire en associant citoyens, collectivités et entreprises locales.

Développement local, appropriation citoyenne des enjeux énergétiques, participation aux objectifs des territoires en matière d’énergies renouvelables sont les valeurs phares de la démarche des Centrales villageoises.

Les projets pilotes des Centrales Villageoises ont été accompagnés techniquement par Rhônalpénergie- Environnement, et ont fondé la mise en place d’un modèle reproductible dans les territoires ruraux.

Pour le Solaret, le choix a été fait de porter ce projet sous forme d'une société coopérative (SCICAS CV), afin de garantir la dimension de démocratie citoyenne et d'utilité collective du projet.

    Le premier projet de la societé coopérative le Solaret concerne 19 toitures dont :
  • 8 toitures privées
  • 11 toitures publiques (communes et communauté de communes)

Cet équipement permettra de produire l'équivalent de la consommation annuelle de 43 ménages.

Animateur de la visite :

Olivier MARIN, membre du Conseil coopératif de la Centrale villageoise Le Solaret

Visite 3 : La Régie de territoire, outil de l’économie circulaire

La Régie de Territoire du Coeur de Savoie est une association loi de 1901 née de la volonté d'élus et d'habitants d'une partie de la Combe de Savoie. Elle a été labellisée en 2012 par le CNLRQ (Comité national de Liaison des Régies de Quartier et de Territoire), répondant à trois objectifs :

  • un rôle citoyen par la participation des habitants, du monde associatif et des élus à la création de la structure, à la définition de ses missions et à sa gestion
  • un rôle social à la fois par l’accueil d’emplois en insertion et l’intégration de personnes en difficulté dans leur territoire dans un contexte de montée du chômage et de paupérisation de la population
  • un rôle économique par des services nouveaux sur le territoire

Cette association porte depuis 2010 une "entreprise" de rénovation du petit patrimoine bâti et d'entretien d'espaces verts.

En 2014 s'est ajouté un atelier couture : Fibr'Ethik est un chantier d’insertion visant à transformer les bâches publicitaires en sacs, petite maroquinerie et autres objets de décoration.

Les créations de l’atelier sont des pièces uniques et il est également possible de passer des commandes personnalisables à souhait : choix de la bâche, de la doublure…

Les personnes salariées à la RTCS sont majoritairement résidentes du Territoire Coeur de Savoie. Elles sont demandeuses d'emploi de longue durée, jeunes orientés par la mission locale jeunes, travailleurs handicapés, personnes sans formation ou en reclassement professionnel. Selon les périodes, entre 15 et 20 personnes maximum se répartissent dans les deux sections.

Animateurs de la visite :

Olivier VIRY, Directeur de la Régie de Territoire
Philippe JAUFFRET, Président de la Régie de Territoire

Visite 4 : Pain de Belledonne, Ecotim, des entreprises partenaires du TEPOS

L’entreprise Pain de Belledonne, installée sur le Parc d’activité du Héron à La Rochette depuis 2002, est en plein développement. Bruno Anquetil a créé l’entreprise en 1991 avec l’objectif de fabriquer du pain Bio de grande qualité, au levain, avec des recettes authentiques et des méthodes traditionnelles de boulangerie.

Depuis plus de 25 ans, PAIN DE BELLEDONNE s’est fait une belle place et fabrique maintenant des biscuits, du chocolat et des confiseries Bio exclusivement. L’entreprise compte 115 personnes réparties sur plusieurs sites (Savoie, région parisienne et Midi-Pyrénées.

Pain de Belledonne est en reflexion à un approvisionnement local de son blé.

ECOTIM-LIFTEAM est spécialisé dans la promotion, la conception et la construction de bâtiments en bois (logements, bureaux, établissements recevant du public ou bâtiments mixtes), et compte aujourd’hui 80.

Son dirigeant, Jean-Luc SANDOZ, évoque le futur avec enthousiasme : « Avec l’évolution de la société et la prise de conscience des enjeux environnementaux, la construction bois prend de la valeur. Construire en bois dispose d’un réel impact sur l’emploi sur différentes filières : la coupe de bois en forêts autant que possible pour du bois local, les scieries et la construction. Après 12 ans d’existence, ECOTIM-LIFTEAM commence à avoir de sérieuses références. La grande nouveauté vient de la réalisation prochaine de bâtiments bois de grande hauteur avec des projets d’immeubles jusqu’à 15 niveaux (R+14).

Animateurs de la visite :

Jean-Claude MONTBLANC, Vice-président de la Communauté de communes Cœur de Savoie, délégué à l'économie
Bruno ANQUETIL, Dirigeant de Pain de belledonne
Jean-Luc SANDOZ, Dirigeant d’Ecotim

Visite 5 : Les pistes d’une filière bois : chaufferie et plate-forme bois

Dans la trajectoire TEPOS de Cœur de Savoie, les élus ont considéré qu’en 2030, 40GWh devraient être produits grâce au bois. À cette fin, deux gros réseaux de chaleur doivent être installés et les petites chaufferies bois doivent se multiplier pour passer de 30 à 45 installations.

La chaufferie de le commune de Coise, installée à l’automne 2017, répond à cet objectif. Chaudière à granulés de 110 KW, elle permet de chauffer près de 1300 m2. A terme, elle alimentera également un nouveau bâtiment grâce à un mini réseau de chaleur.

Si la trajectoire TEPOS projette l’installation de chaufferies bois, elle incite aussi à une logique d’économie circulaire et d’approvisionnement en bois local. C’est pourquoi la Communauté de communes Cœur de Savoie aménage une plate-forme logistique pour répondre aux besoins locaux de tri et de stockage des bois des exploitants forestiers et des communes en sortie de massif forestier (vallée des Huiles).

Animateurs de la visite :

Jean-François DUC, Vice-Président de la Communauté de communes Cœur de Savoie délégué à l'Agriculture, Forêt et Tourisme, 
Bernard FRISON, Maire de Coise
Guy CHAUVIN, Chargé de mission Agriculture et forêts

Visite 6 : Rénovation globale d'une habitation et plate-forme de rénovation énergétique Cœur de Savoie

La trajectoire du TEPOS de Cœur de Savoie a un objectif très ambitieux avec 400 logements rénovés par an. La plate-forme de rénovation de Cœur de Savoie a été mise en place en 2017. Elle octroie des aides aux particuliers et les oriente dans leur parcours de rénovation. Cette plate-forme a la particularité de promouvoir la rénovation complète de type DORéMI mais n’exclut pas des rénovations plus légères.

En un an, 60 rénovations partielles ou totales ont été aidées.

Mise au point par le bureau d’études Négawatt, la méthode DORéMI incite à la rénovation complète des logements. Cœur de Savoie a participé à la formation d’un groupe d’artisans destiné à travailler à la rénovation complète de logements. À ce jour, quelques maisons ont été identifiées pour ce type de rénovation.

Animateurs de la visite :

Étienne PILARD, Vice-Président de la Communauté de communes Cœur de Savoie délégué à l’habitat 
Éric AMANN, formateur DORéMI, ASDER

Visite 7 : Les routes d’une nouvelle mobilité

La visite se fera en vélo électrique ou en Mont'Bus

Coeur de Savoie est un territoire rural qui comporte quelques bourgs-centres, dont deux sont desservis par des gares : Saint-Pierre-d’Albigny et Montmélian. La trajectoire TEPOS prévoit une forte réduction de l’utilisation de la voiture dans les prochaines décennies. La moitié des déplacements en voiture domicile / travail devrait être supprimée d’ici 2050. Le rabattement vers les gares pour les trajets quotidiens fait partie des solutions pour diminuer la place de la voiture.

Plusieurs actions sont mises en place et permettent progressivement un éventail de possibilités pour les habitants du territoire et des alternatives à la voiture individuelle.
- La Vélostation Cœur de Savoie :
La Communauté de communes Cœur de Savoie a mis en place un service de test du vélo à assistance électrique depuis le printemps 2018. Les habitants de Cœur de savoie peuvent louer un vélo pour 15 jours au tarif de 30 €. L’objectif de ce service est de promouvoir le vélo électrique et d’inciter les gens à remplacer certains trajets de voiture par ce moyen de locomotion.

- Des bornes de recharge électrique :
Cinq bornes de recharge sont installées sur le territoire et permettent à tout détenteur de voiture électrique de s’approvisionner.

- Le service Citiz :
Deux bornes sont présentes à Montmélian, un des centres-bourgs de Cœur de Savoie. Moyennant un abonnement, ce service permet l’utilisation ponctuelle d’une voiture en autopartage.

- Des consignes à vélos dans les deux gares du territoire (Saint-Pierre-d’Albigny et Montmélian) sont à la disposition des habitants et permettent cette logique de rabattement vers les gares pour les habitants souhaitant prendre le train mais habitant à quelques kilomètres de la gare.

Animateurs de la visite :

Serge JOLY , Vice-Président de la Communauté de communes Cœur de Savoie délégué à la mobilité 
François SOUBEYRAND, agence Ecomobilité

Visite 8 : Vignerons et pépiniéristes, partenaires du TEPOS

Deux expériences de partenariat :

1/ Diminuer l'impact environnemental des déchets issus de la viticulture

Le Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement (LCME) de l’Université Savoie Mont Blanc a lancé au printemps dernier le projet VITIVALO dont le but est de proposer des alternatives à la pratique actuelle du brûlage à l’air libre des déchets viticoles sur le territoire Savoie Mont Blanc. Ce projet s’inscrit dans un contexte environnemental et sociétal préoccupant sur notre territoire (participation du brûlage des déchets viticoles à la pollution de l’air pendant la période hivernale) et réglementaire (nouvel arrêté préfectoral sur l’interdiction du brûlage à l’air libre qui entrera en vigueur en 2018 en Savoie).

Coordonné par deux chercheurs du LCME (Christine PIOT et Grégory CHATEL), le projet VITIVALO se focalise sur deux axes de recherche complémentaires : l’un consiste à limiter l’impact environnemental de la filière viticole sur l’atmosphère, et l’autre à développer de nouvelles filières économiques locales valorisant les déchets viticoles via leur valorisation chimique, thermique ou sous forme de matériaux.

La communauté de Communes Cœur de Savoie, le Groupement de Développement Agricole, le Syndicat des Vins de Savoie et le Syndicat des pépiniéristes de la Savoie co-financent un projet tuteuré de la licence professionnelle Innovation et Développement Industriel (IDI) de l’Université Savoie Mont Blanc qui permettra à deux étudiants (David BERTHIER et Xavier GOEPFERT) d‘établir un inventaire précis des déchets viticoles disponibles sur le territoire savoyard, de réfléchir sur les méthodes de collectes envisageables et de développer une étude technico-économique sur la mise en place de filières de collecte / valorisation.

Une thèse co-financée par le Conseil Savoie Mont Blanc et l’ADEME est également associée au projet VITIVALO. Menée par la doctorante Marion ZWINGELSTEIN, la thèse concerne plusieurs aspects du projet, sur les problématiques de qualité de l’air, de gisements et de valorisation des déchets viticoles.

Animateurs de la visite :

Rémy SAINT GERMAIN, Vice-Président de la Communauté de communes Cœur de Savoie délégué au Développement Durable
Christine PIOT, Maître de conférence, Université Savoie Mont-Blanc
Grégory CHATEL, Maître de conférence, Université Savoie Mont-Blanc


2/ Réduire les usages de produits phytosanitaires en viticulture

Les produits phytosanitaires sont utilisés en agriculture pour protéger les cultures contre les maladies, et sont nécessaires d’un point de vue technique et économique. Mais ces produits sont décriés pour leurs impacts sur l’environnement et la santé humaine, et de plus en plus, la population locale et les consommateurs demandent une diminution de leur usage.

Consciente des enjeux techniques, économiques, environnementaux, sociétaux, la Chambre d’Agriculture Savoie Mont-Blanc a initié en 2016 une opération pilote pour la qualité de l’eau. Elle regroupe la Communauté de communes Cœur de Savoie et Métropole Savoie, le Syndicat des Vins de Savoie, l’Agence de l’Eau Rhône Méditerrannée-Corse, l’Union Européenne, la Région Auvergne Rhône-Alpes, le Conseil Savoie Mont-Blanc.

    L’objectif est d’accompagner les changements de pratiques des viticulteurs et la réduction de l’usage des produits phytosanitaires par :
  • des actions collectives de sensibilisation, d’échange d’expériences,
  • du conseil technique individuel sur les alternatives aux traitements phytosanitaires et la réduction de l’utilisation,
  • des aides à l'investissement en matériel pour le désherbage mécanique ou la réduction des doses,
  • des aides aux surfaces engagées dans la réduction des produits phytosanitaires, sous forme de Mesures Agro-Environnementales.

19 viticulteurs sont engagés pour 5 ans dans ces MAE, soit plus de 10 % des producteurs, ce qui est un excellent résultat à l’échelle de la région. Ils sont accompagnés techniquement dans leurs démarches afin de concilier au mieux les contraintes techniques et économiques des exploitations et les exigences environnementales. Nous vous proposons des témoignages et la découverte de cette démarche originale.

Animateurs de la visite :

Rémy SAINT GERMAIN, Vice-Président de la Communauté de communes Cœur de Savoie délégué au Développement Durable
Philippe GRISARD, Viticulteur
Vincent RUIN, Chambre de l’Agriculture